Skip to content
soldat 1

MENAGE Jean Baptiste

Je suis né le :

11 novembre 1886

à :

Aste-Béon

Mon métier :

Forgeron

Mes parents sont :

Ménage Louis et Sacaze Jeanne

Je vivais à :

Aste-Béon,canton de Laruns

Je suis mort pour la France le :

26 Février 1916

à l'âge de :

29 ans

à :

Le Provence, en mer

Grade et unité :

Soldat du 3e régiment d’infanterie colonial (3e RIC)

Conflit :

Première guerre mondiale (1914 – 1918)

Monument aux morts concerné :

Biographie :

Forgeron originaire d’Aste-Béon, Ménage Jean-Baptiste est incorporé au 13è RIC. Il meurt de l’attaque d’U35 alors qu’il se trouvé à bord du Provence, navire de transport de troupes en route vers les Dardanelles. 

La Provence
A sa mise en service en 1906, La Provence était le plus grand et le plus rapide paquebot français. Il effectuait la traversée Le Havre-New York. C’était un navire moderne, équipé de la Télégraphie sans fil (TSF) Le 2 août 1914 il est réquisitioné par la Marine Nationale et renommé Provence II en raison de l’homonymie avec le cuirassé Provence, il est transformé en croiseur auxillaire et en janvier 1915 il est utilisé comme transport de troupes vers les Dardanelles. Le 23 février 1916 au soir, le Provence II part de Toulon pour Salonique avec 1 700 hommes encore inexpérimentés du 3e régiment colonial. Le 26 février 1916 , la Provence II est torpillée au large du Cap Matapan (au large de la Grèce), en Méditerranée, par le sous marin allemand U 35.
L’U-35 est l’un des premiers à être équipé par deux moteurs Diesel, en remplacement des moteurs à huile lourde qui équipaient précédemment les sous-marins, lui permettant la navigation en surface. Ainsi, il peut parcourir un peu plus de 8 500 milles à 16 nœuds. En plongée, deux moteurs électriques lui permettent d’atteindre cinq nœuds sur une distance de 150 kilomètres. Mesurant 64 mètres de long, il est équipé de 4 tubes lance-torpilles ; deux à l’avant et deux à l’arrière. Il peut transporter 6 torpilles. Il possède un canon de 105 millimètres sur son pont. Quatre commandants gouvernèrent à sa destinée : Du 3 novembre 1914 au 12 novembre 1915, Waldemar Kophamel. Du 13 novembre 1915 au 16 mars 1918 Lothar von Arnauld de la Perière. Du 17 mars 1918 au 13 août 1918 Ernst von Voigt. Du 14 octobre 1918 au 11 novembre 1918 Heino von Heimburg Jusqu’au 1er août 1915, il fit partie de la flotte allemande en mer du Nord. Le 23 août, en provenance d’Heligoland, il arriva au port de Cattaro en Méditerranée. En tout, le U-35 effectua 17 patrouilles durant lesquelles il coula 224 bateaux, ce qui est un record absolu qui ne fut jamais atteint depuis.
Le navire sombre en 17 minutes, faisant 1 100 disparus, dont le commandant qui avait demandé qu’on débarque 1 100 personnes en raison du manque de brassières de sauvetage. Source : http://epeb.over-blog.com/2016/02/il-y-a-cent-ans-le-naufrage-de-la-provence-ii.html
Extrait du journal de guerre du sous-marin U-35, Cdt Lothar v.Arnauld de la Perière en date du 26.II.1916

A propos du rédacteur de cette fiche

Prénom :

Margot

Etablissement :

Collège les cinq Monts

Classe :

Partager cette biographie :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

D'autres biographies des Morts pour la France de Laruns

CAPDEVIELLE Pierre

Né le 14 février 1876 à Laruns, Pierre Capdevielle exerçait la profession de pasteur. Il avait les cheveux, les sourcils et les yeux chatains foncés,

>> Voir la fiche

PERE Antoine

Pere Antoine, né le 9 novembre 1895 à Laruns, département des Basses Pyrénées, résidant à Laruns. Son métier était journalier. Fils de Jean et Catherine

>> Voir la fiche

BRIULET Jean

BRIULET Jean est né le 28 juillet 1886 à Laruns dans le département des Basses-Pyrénées, fils de BRIULET Jean et d’ESTRADE Catherine, il exerçait la

>> Voir la fiche

Connexion

Veuillez entrer le nom d’utilisateur qui vous a été fourni ainsi que le mot de passe associé